• fr
  • en
  • zh-hant

Monsieur,

Monsieur le Premier Ministre, Messieurs les Ministres, Messieurs les Ambassadeurs, Monsieur le Préfet, Mesdames, Messieurs,

Au nom des membres du Chinese Business Club ici présents, je vous remercie de nous honorer de votre présence.

Permettez-moi tout d’abord de souhaiter la bienvenue aux nouvelles sociétés membres de notre Club : Paris Inn Group, Exclusive&Private, Aprolis, MaFrance, Ambassador, ICBC Bank, The Bubbles Compagny et le Groupe Richemont.

Permettez-moi également de vous annoncer que les deux prochains déjeuners du Chinese Business Club auront lieu le 19 février avec comme invité d’honneur Son Altesse le Prince Albert de Monaco et le 8 mars (journée internationale de la Femme) avec comme invitée d’honneur Sophie Marceau.

Je voudrais enfin saluer ici l’entrée remarquée du Yuan dans le panier de devises de référence du FMI. Nul doute que la devise chinoise va prendre une place importante dans les paiements internationaux.

Par ailleurs 3 évènements récents concernant les relations commerciales franco-chinoises méritent d’être mentionnés aujourd’hui:

Un protocole d’accord a été signé ouvrant la voie à une prise de participation minoritaire du géant chinois CNNC dans le « nouvel » Areva. Ce partenariat accru avec la Chine devrait entraîner la construction de nouveaux réacteurs dans les années à venir.

Deuxième partenariat : le conglomérat chinois HNA Tourism va prendre une participation de 10 % dans le groupe « Pierre et Vacances Center Parcs ». La Chine apporte avec cet accord un potentiel de développement touristique supérieur à celui de l’ensemble de l’Europe.

Enfin, troisième évènement, dans le domaine de la culture cette fois : le Palais d’été de Pékin et le Château de Chambord viennent de signer un accord qui leur permettra de monter ensemble et d’échanger des expositions.

Monsieur,

Dans ses Entretiens, Confucius écrit notamment : « L’homme de bien a trois visages : de loin, il a l’air sévère, de près on découvre un visage aimable. Mais dès qu’il parle, sa rigueur impose le respect. »

Au risque de froisser votre modestie, Monsieur, je crois pouvoir affirmer que vous êtes un « homme de bien ».

Permettez-moi d’ailleurs de citer également Jacques Julliard qui déclare dans la préface de votre dernier ouvrage : « Dieu, les affaires et nous » , je cite :

« Un homme qui vit sans manteau, sans montre, sans agenda, loin de son portable, et qui n’aime rien tant que marcher pieds nus, ne saurait être tout à fait mauvais. Il y a chez Jean d’Ormesson un parti pris de bonheur. Il n’est ni tout à fait la droite, encore moins la gauche. Il n’est ni de Neuilly, ni de Saint-Fargeau. Il n’est ni

Sarkozy, ni Mitterrand. Ni l’Ancien Régime, ni la Révolution. Jean d’Ormesson c’est la France ! »

Je vous remercie de votre attention et je cède la parole à Monsieur Jean d’Ormesson