• fr
  • en
  • zh-hant

Messieurs les Ministres,

Messieurs les Ambassadeurs,

Messieurs les Députés,

Mesdames,

Messieurs,

Chers Amis,

Soyez les bienvenus à ce déjeuner du Chinese Business Club, auquel je suis très heureux de vous accueillir, dans ce magnifique hôtel Peninsula. Je tiens, en particulier, à souhaiter la bienvenue à 3 nouveaux membres de notre Club : les sociétés GL Events, Orpea et Yves Rocher.

Permettez-moi de revenir sur un évènement qui s’est produit le 2 janvier dernier : le rachat du Club Med. Au terme d’une bataille financière féroce, qui aura duré 20 mois, et après 8 OPA et contre-OPA, le Club Med est finalement racheté par le groupe Fosun. Henri Giscard d’Estaing, que le Chinese Business Club avait convié comme invité d’honneur le 13 décembre 2013, a désormais les coudées franches pour accélérer le déploiement du Club Med en Chine, aux côtés de Fosun.

Autre exemple de partenariat prometteur : Keolis, filiale de la SNCF, vient de traiter avec le géant chinois Shentong, qui exploite le métro de Shanghaï : 9 millions de passagers par jour ! Ensemble, Keolis et Shentong vont construire et exploiter un métro automatique qui reliera les trois terminaux de l’aéroport de Pudong, à côté de Shanghaï, soit 40 millions de passagers par an !

Fosun et Club Med, Shentong et Keolis-SNCF, voilà deux exemples de rapprochement commercial réussi entre nos deux pays.

Selon le FMI, la Chine représente à elle seule, 16,5% de l’économie mondiale. Pour la première fois, elle dépasse les Etats-Unis. La France se situe, elle, à la 8ème place derrière l’Inde, le Japon, l’Allemagne, la Russie et le Brésil.

La Chine est le 2ème fournisseur de la France, mais la France n’arrive qu’en 19ème position des fournisseurs de la Chine. Il y a là un potentiel de développement considérable, et il est plus que jamais nécessaire de se rencontrer, comme nous le faisons au Chinese Business Club, et de privilégier les contacts susceptibles de nous rapprocher les uns des autres.

C’est essentiel. Parce que, comme l’écrit Confucius :

« Qui ne se préoccupe pas de l’avenir lointain, se condamne aux soucis immédiats. »

Je vous remercie de votre attention et je cède maintenant la parole à M. Louis Gallois, Président du Conseil de Surveillance de PSA Peugeot Citroën.