• fr
  • en
  • zh-hant

Monsieur le Ministre,

Messieurs les Députés,

Mesdames, Messieurs,

C’est avec grand plaisir que le Chinese Business Club vous accueille en invité d’honneur.

 

Comme chaque année, les Chinois du monde entier fêtent le Nouvel An chinois, placé en 2020, sous le signe du Rat, qui symbolise l’agilité et la vitalité ! Le Chinese Business Club est heureux de souhaiter une excellente année à tous ses amis chinois, malgré le contexte actuel que vous connaissez tous.

 

Permettez-moi de souhaiter la bienvenue aux nouvelles sociétés membres de notre Club : Le Groupe Monge, Guillaume Alan, Yingli Green Energy, Impression Originale, Emerton Leadership et Arkopharma.

 

Enfant, Monsieur le Ministre, vous vouliez devenir joueur de tennis professionnel. Puis, les années passant, après HEC et Sciences Po Paris, la politique vous a tendu les bras.

 

D’abord militant socialiste, vous travaillez auprès de Dominique Strauss-Kahn. Vous exercez différents mandats locaux : conseiller municipal de Chalon sur Saône, puis vice-président du conseil général de Saône et Loire. Vous devenez membre du cabinet de la Ministre de la Santé, Marie-Sol Touraine. 

 

Vous êtes l’un des premiers socialistes à rejoindre Emmanuel Macron fin 2015. Vous participez à la formation d’ « En marche » et devenez porte-parole du mouvement. Elu Député de Paris en 2017, vous devenez secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire, au sein du second gouvernement d’Edouard Philippe.

 

Rattaché au Premier Ministre de 2017 à 2019, vous exercez la fonction de porte-parole du Gouvernement, succédant à Christophe Castaner. Et vous venez de démissionner pour vous présenter aux élections municipales des 15 et 22 mars prochain, à Paris, avec l’investiture de la République En Marche.

 

La campagne électorale bat son plein. Dans quelques semaines vous serez fixé. D’ici là, le ton peut monter. C’est pourquoi j’aimerais vous citer quelques lignes tirées des « Entretiens » de Confucius.

Celui-ci s’adresse à son Prince qui, certes, au Vème siècle avant Jésus Christ, ne connaît pas le suffrage universel mais se doit de parler à son peuple, et Confucius lui donne ce sage conseil toujours d’actualité.

Je cite : 

« Celui qui prend la parole face au peuple s’expose pour moitié aux quolibets et aux injures, et pour l’autre moitié aux encouragements et aux bienfaits.

Mon conseil : oublie les injures

Mais n’oublie jamais les bienfaits. »

 

Je vous remercie de votre attention et je cède la parole à Monsieur Benjamin Griveaux.

 

Harold PARISOT

Président du Chinese Business Club