• fr
  • en
  • zh-hant

Mesdames les Ministres,

Madame la Sénatrice,

Mesdames et Messieurs les Députés,

Mesdames, Messieurs,

 

Bienvenue à cette édition « Spéciale Femmes ». Permettez-moi, tout d’abord, de souhaiter la Bienvenue aux nouveaux membres du Chinese Business Club : Adisseo, Healthy Group, la Maison Grunthaler, Guillaume Alan, l’InterContinental Paris Le grand et l’Hôtel Martinez à Cannes.

 

Mademoiselle, le Chinese Business Club est très heureux de vous accueillir à l’occasion de la Journée Internationale des droits de la femme !

En effet, qui mieux que vous pour incarner et inspirer les femmes : vous qui êtes libre et internationale, mère et actrice, belle et talentueuse, inspirante et iconique.

 

Vous avez tourné dans plus d’une soixantaine de films. Vous êtes l’une des plus grandes actrices internationales, à l’immense popularité. Vous avez campé des rôles très différents et joué dans des films d’auteurs comme des comédies populaires : De « Dobermann » à « Astérix et Obelix », vous avez marqué les consciences avec « Irrésistible » et fait rêvé les hommes en James Bond Girl..

Vous vous illustrez en ce moment même au théâtre en lisant des lettres d’une autre icone, à la fois femme et diva : Maria Callas.

On comprend que vous ayez reçu la Légion d’Honneur et choisie à deux reprises comme maîtresse de cérémonie au Festival de Cannes.

 

Chère Monica Bellucci, vous serez d’accord avec moi pour dire que la femme joue un rôle majeur dans notre société. Et à ce sujet, je voudrais vous raconter une histoire qui devrait retenir toute votre attention, celle d‘une femme chinoise exceptionnelle : Zetian Wu, la seule femme devenue impératrice de Chine. 

 

C’était au VII ème siècle sous la dynastie Tang. Née dans une famille de hauts fonctionnaires, elle succède à son mari, l’empereur Tang Gaozong, décédé.

 

Zetian Wu s’avère être une femme politique avisée : elle recrute les meilleurs talents de l’Empire pour les mettre au service du pays. Mais, comme les hommes, incorrigibles, se montrent très dominateurs, et que les femmes continuent d’être reléguées aux tâches subalternes, elle décide, pour venger la condition féminine, et alors qu’elle a 70 ans passés, de prendre plusieurs amants qu’elle nomme « Conseillers à la cour ». Un jour, un courtisan, choqué par une telle conduite se permit de faire une remarque sur ses mœurs : elle le fit muter sur le champ dans une lointaine province !

 

C’est grâce à Zetian Wu, héroïne de son époque que les femmes chinoises disposeront des mêmes droits que les hommes et notamment celui de divorcer de leur mari en rédigeant une simple demande.

 

Cet exemple de femme exceptionnelle nous rappelle, si cela était encore nécessaire, qu’une société qui met les femmes sur le devant la scène, que ce soit celle d’un théâtre ou celle de la vie, est une société qui épouse le progrès et l’humanité.   

 

Aujourd’hui, la condition féminine est au cœur de l’actualité. Certains combats ont été gagnés mais bien d’autres restent à mener, en France comme en Chine. C’est aussi en tournant notre regard vers des femmes comme vous que nous trouverons le courage et l’inspiration pour faire mieux, plus juste et plus libre.

 

Pour terminer, je citerai Confucius, dans ses « Entretiens », qui fait l’éloge du progrès et affirme :

« Celui qui ne progresse pas chaque jour, recule un petit peu chaque jour ».

Je vous remercie de votre attention et je cède la parole à Raffaella Giraudi, Présidente d’Orlane.